Prostate et Alimentation – Les Bons et les Mauvais Aliments

by Stéphanie

L’alimentation joue un rôle important dans le risque de cancer de la prostate. L’âge et l’hérédité sont des facteurs contre lesquels il est difficile de lutter pourtant, il est possible d’agir quand même, par le biais des habitudes alimentaires.

Certaines affirmations restent à prouver ou à préciser mais des études à grande échelle ont déjà démontré le rôle de certains aliments dans la prévention du cancer de la prostate et le rôle d’autres aliments dans l’augmentation du risque de cancer.

Les aliments à privilégier

  • Le poisson gras. Il est riche en oméga 3 et les études tendent fortement à démontrer, les unes après les autres, que pour certains cancers dont le cancer de la prostate, les oméga 3 ont un effet protecteur.
  • La tomate. Elle est riche en lycopène et c’est une source très importante en antioxydants, des éléments qui, entre autres choses, limitent la prolifération des radicaux libres (responsables de nombreux problèmes de santé dont l’augmentation du risque de cancer).
  • Le sélénium. Les sources les plus importantes sont certains coquillages (dont les moules) et le thon ainsi que le poulet et le foie de veau. Cet oligoélément réduirait le risque de plusieurs cancers dont le cancer de la prostate, à condition qu’il soit ingéré avec un apport suffisant de vitamine E.
  • La vitamine E. Son rôle exact reste à prouver selon certains. Il y aurait une corrélation entre la carence en vitamine E qui touche les sociétés occidentales fortement industrialisées et l’augmentation des cancers. Son rôle antioxydant est prouvé. Elle est surtout présente dans les noix et les huiles végétales.
  • La vitamine D. Produite par le corps humain mais de moins en moins avec l’âge et moins présente sans soleil.
  • Les fruits et légumes. Bons pour la santé et riches en antioxydants, le rôle préventif de certains fruits et légumes contre le cancer de la prostate serait particulièrement intéressant mais c’est surtout de la famille des choux et choux-fleurs dont il s’agit.
  • Les carottes. Riches en bétacarotène (on en trouve aussi dans certains légumes verts foncés) bien que cet élément serait déconseillé (en trop grande quantité) aux fumeurs.

Les aliments à éviter

Pour diminuer les risques de cancer de la prostate, les études montrent qu’il s’agit plutôt d’excès à ne pas faire que d’aliments à supprimer. Également pour beaucoup de ces aliments, les effets néfastes dépendent aussi de la quantité des apports considérés comme bénéfiques.

Mais pour bon nombre de ces sources alimentaires néfastes, des études plus importantes sur un plus grand nombre de personnes ont été menées.

  • Les graisses en général et les graisses animales en particulier. Pour limiter le risque de cancer de la prostate, les scientifiques sont nombreux à conseiller de réduire drastiquement les graisses dont le beurre et la margarine mais aussi de limiter la consommation de viande rouge.
  • Le calcium en excès. On sait qu’il est important de s’en tenir aux apports journaliers conseillés (ceux-ci varient avec l’âge). Trop de calcium multiplierait le risque de cancer de la prostate par 2. Cela empêche la vitamine D d’agir.
  • Les oméga 6. Ce sont des acides gras essentiels mais en excès ils augmentent le risque de cancer et tout comme des carences sont observées dans l’alimentation moderne, on observe un inquiétant excès d’oméga 6. On les trouve dans de nombreux produits de l’industrie agro-alimentaire. A cause d’eux, les oméga 3 ne peuvent plus agir efficacement.

Liens recommandés