Surpoids : Quand les Souris Mènent la Danse !

by Stéphanie

Post image for Surpoids : Quand les Souris Mènent la Danse !

Une récente étude américaine publiée dans le magazine Cell Metabolism a mis en évidence la relation entre surpoids et rythme d’alimentation chez des souris qui mangeaient strictement les mêmes choses.

Les chercheurs ont constaté qu’au bout de trois mois le poids de ces souris, ainsi que leur taux de glycémie étaient en hausse, pour celles d’entre elles qui ne respectaient pas une fréquence et des horaires précis d’alimentation.

Cette étude, extrapolée à échelle humaine, permet de montrer qu’une certaine tranche de population est susceptible de s’exposer à des risques de diabète et de surpoids en mangeant les mêmes aliments gras et en ingérant le même nombre de calories qu’une autre tranche de population.

Pour comprendre pourquoi, il suffit de se pencher sur la question de la chronobiologie dans notre alimentation et d’essayer à nouveau d’argumenter qu’il est possible de manger de tout et de perdre du poids et, à la rigueur, de ne pas en prendre. Mais il y a une astuce.

Une étude menée sur une population de souris par Gilles Mithieux, directeur de l’unité de recherche mixte Inserm/Université de Lyon “Nutrition et cerveau“, avait déjà montré qu’un régime riche en protéines pouvaient aider à garder la ligne mais que si ce régime durait trop longtemps, il conduirait à un déséquilibre glycogénique.

Il faut donc varier à court terme les apports bénéfiques de protéines et d’autres éléments dans notre alimentation afin d’équilibrer et/ou de consolider une possible et probable perte de poids, ce que reflète tout à fait le régime protal du docteur Dukan.

Pour le reste, afin de maintenir sa ligne, il est bon de se méfier des envies de grignotage et de ne pas oublier d’utiliser les coupe-faim naturels comme la pomme, le yaourt, les blancs d’œufs, les soupes et les bouillons par exemple, mais c’est une autre histoire…