Traitements Conseillés en Fonction de Votre IMC

Sous-Poids : Quand l’IMC est trop bas (< 18,5)

L’IMC, plus fiable que l’appréciation du pèse-personne, est à ce jour le seul moyen de savoir avec certitude si l’on est en sous-poids. Moins médiatisé que les autres problèmes de poids, le sous-poids doit pourtant être pris très au sérieux.

La définition officielle du sous-poids

L’IMC a permis à l’OMS d’instaurer des mesures standardisées à l’international et pour le sous-poids, il concerne les résultats inférieurs à 18,5.

Le sous-poids est classé en deux catégories différentes. La condition de sous-poids la plus répandue dans les sociétés de l’hémisphère Nord est celle de la maigreur. On est concerné si le calcul de l’IMC résulte sur un chiffre compris entre 16,5 et 18,5.

L’autre condition du sous-poids est tour à tour appelée famine ou dénutrition. Toujours dans la même zone géographique, il s’agit principalement de personnes souffrant de troubles anorexiques.

Les conséquences du sous-poids

Le sous-poids est un problème de santé qui a des conséquences aussi graves que le surpoids. Il peut s’agir également d’une condition dite « morbide » tout comme l’obésité : l’espérance de vie est réduite.

Pourtant, le problème reste moins connu du grand public et minimisé par beaucoup de personnes qui considèrent qu’il suffit de manger plus quand on est trop maigre. Cela est en partie dû au phénomène de l’obésité mais aussi du très grand nombre de personnes qui souhaitent maigrir, une motivation qui naît souvent des diktats de la mode et non de problèmes de santé.

Ainsi, il semble que des sociétés entières cherchent à perdre des kilos et les personnes en sous-poids sont considérées comme « chanceuses ». Mais ce n’est pas le cas. Les conséquences du sous-poids concernent directement la santé physique avec un affaiblissement des fonctions vitales créé par les carences nutritionnelles mais aussi la santé mentale avec des difficultés à accepter son corps.

Sous-poids, des solutions simples malgré les difficultés

Les femmes et les hommes en sous-poids sont loin d’être tous anorexiques. Cette idée est difficile à combattre et pour beaucoup de personnes en sous-poids qui n’ont aucun problème de ce type, cela ne fait qu’augmenter leur mal-être. Un autre préjugé consiste à penser qu’il est bien plus facile de prendre du poids quand on est en sous-poids que d’en perdre quand on est en surpoids. Or, le chemin vers un IMC normal est souvent long et semé d’embûches.

Toutefois dans bien des cas, suivre un programme nutritionnel adapté et choisir les meilleurs compléments suffit à faire remonter l’aiguille de la balance. Attention, quand on est en sous-poids, il ne suffit pas de manger le plus souvent possible ni de manger n’importe quoi de riche en graisses : cela peut être dangereux pour la santé.

Traitement recommandé : Pure Acai Berry MAX – Retrouvez votre énergie et votre confiance en vous.

IMC Normal (entre 18,5 et 24,9)

L’IMC se calcule facilement et offre la possibilité de vérifier si son poids est considéré comme normal. Cette norme est reconnue dans les pays qui suivent les directives de l’OMS c’est-à-dire, une majorité d’entre eux.

Il est difficile aujourd’hui de s’en tenir à l’IMC quand on a un poids normal mais les médecins considèrent qu’entre 18,5 et 24,9, c’est le poids « de santé ». Cela signifie qu’on n’est ni maigre, ni en surpoids.

L’IMC normal : naturel, temporaire ou combat ?

Le poids que l’on pèse lorsqu’on a un IMC normal est obtenu naturellement par les personnes qui entretiennent leur forme physique, par celles qui ne souffrent d’aucun problème lié à l’alimentation (grignotage, abus de graisses ou à l’inverse, restrictions) ainsi que par celles qui ne changent quasiment pas de régime alimentaire au cours de leur vie, si ce n’est à de rares occasions (fêtes, vacances, restaurant).

Cependant, il est désormais de plus en plus difficile de maintenir un IMC normal et les causes sont variées.

Le manque d’activité physique en est une des principales et il est inhérent au mode de vie moderne. L’abondance alimentaire et la pression commerciale de l’industrie alimentaire sont aussi pointées du doigt.

Enfin, les sociétés anxiogènes comme de nombreux pays Européens ainsi que les pays du continent Américain et depuis peu, certains pays asiatiques, développent de nouvelles maladies liées à l’alimentation qui sont les troubles alimentaires.

Pour beaucoup de personnes, l’IMC normal est un poids temporaire. Il va et vient tout au long de la vie. Pour certaines, le poids normal est un vrai combat.

Est-il facile de conserver un poids normal ?

Un mode d’alimentation en adéquation avec ses besoins énergétiques quotidiens devrait permettre facilement de garder un IMC normal. Ces besoins varient selon le sexe, l’âge et le niveau d’activité physique.

C’est à partir de ces critères que l’on recommande un apport calorique différent aux hommes et aux femmes selon leur âge et leur habitudes.

Conserver un poids normal, selon le corps médical, ne devrait donc pas être quelque chose de difficile car c’est le poids de santé donc le poids idéal pour que le corps soit au mieux de sa forme.

Toutefois, les causes de surpoids et de maigreur mentionnées plus haut rendent la tâche très compliquée pour de nombreuses personnes. Certaines vont même développer des comportements inadaptés vis-à-vis de la nourriture et faire de l’IMC normal une obsession.

D’autres, qui ont connu le surpoids ou le sous-poids, parviennent à conserver un IMC normal avec une alimentation qui n’a rien de naturel, en exerçant un contrôle absolu pour maintenir le bon chiffre.

IMC normal : se donner une chance

Une partie de la solution pour conserver son IMC normal sans avoir l’impression de mener une guerre, réside dans l’offre de produits naturels. Difficile aujourd’hui de garder la tête froide sur le long terme par rapport à l’alimentation.

Ces produits sont justement là pour que les personnes ayant un poids normal ne tombent ou ne retombent dans aucun excès.

Traitement recommandé : Pure Acai Berry MAX – Une véritable séance de détox grâce à cet antioxydant naturel.

L’IMC indique un surpoids (entre 25 et 29,9)

Le surpoids est un des indicateurs standards de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et concerne les chiffres compris entre 25 et 30. Avec un IMC de 25, un adulte s’éloigne de son poids de santé. Plus le chiffre s’approche de 30 et plus le risque d’obésité augmente.

Médicalement, le surpoids n’est pas dangereux mais il est considéré comme une menace. Toutefois, les personnes en surpoids peuvent aussi connaître des difficultés physiques comme l’essoufflement et des douleurs, notamment aux genoux et aux pieds. Esthétiquement, le surpoids est bien souvent une gêne.

Les causes principales du surpoids

Le surpoids ne se mesure pas en nombre de kilos même si c’est ce que font la plupart des personnes en surpoids. S’il est vrai que le nombre de kilos reste un bon moyen de se fixer des objectifs pour perdre du poids, l’IMC est un indice plus sûr.

Le surpoids n’est pas vécu de la même façon par tout le monde. Tandis que certains hommes et certaines femmes ne s’attristent pas de devoir s’habiller une taille au-dessus parce qu’ils ont pris du poids, pour d’autres, deux kilos supplémentaires sont une catastrophe.

Cela est surtout dû au fait que le surpoids est fréquemment la résultante d’un laisser-aller et qu’en continuant dans cette voie, il sera de plus en plus difficile de perdre des kilos.

Le surpoids est en effet une conséquence directe d’un apport calorique trop élevé et d’une dépense énergétique trop faible. Cependant, le laisser-aller n’est pas systématiquement en cause car les changements d’habitudes sont aussi parfois à l’origine du surpoids.

Il faut également citer les multiples occasions au cours de la vie d’une femme ou d’un homme de prendre des kilos sans vraiment s’en rendre compte ou sans pouvoir y faire grand-chose, dans un premier temps.

Il s’agit d’événements divers, en lien ou non avec la santé, comme l’arrêt du tabac, la grossesse ou la dépression, et en lien avec la vie professionnelle comme le chômage, période propice au grignotage ou une promotion qui va conduire à manger plus souvent au restaurant.

Les clés pour combattre le surpoids

Le surpoids nécessite d’être surveillé de près quelle qu’en soit la cause. Il est préférable d’apporter d’abord des modifications mineures dans la façon de s’alimenter.

Le risque avec le surpoids c’est qu’en voulant s’en débarrasser, beaucoup de personnes changent brutalement de régime alimentaire du jour au lendemain pour revenir brutalement à leurs anciennes habitudes. Elles reprennent le poids perdu si ce n’est plus.

Beaucoup de produits naturels permettent d’obtenir des résultats plus rapidement sans prendre ce risque. Ils  évitent les privations, améliorent les résultats des régimes, boostent la perte de poids et de la masse graisseuse, contribuent à ne pas retomber dans le piège du surpoids.

Traitement recommandé 1 : Proactol – Probablement le meilleur capteur de graisse et régulateur d’appétit du marché.

Traitement recommandé 2 : Unique Hoodia – Le meilleur coupe-faim naturel disponible aujourd’hui.

IMC et les différents types d’obésité (> 30)

L’obésité, considérée par l’OMS comme une maladie, touche les personnes qui ont un IMC égal ou supérieur à 30. Au-delà de ce chiffre, il existe une classification qui sépare différents types d’obésité.

Les causes de l’obésité sont nombreuses et ses conséquences peuvent engendrer de graves problèmes de santé jusqu’à mettre la vie en danger. Malgré cela, l’obésité n’est pas incurable.

Les formes d’obésité selon l’OMS

Un IMC entre 25 et 30 étant le signe d’un surpoids, l’obésité est diagnostiquée avec un IMC compris entre 30 et 35. Il s’agit là d’une obésité modérée mais ce derrière ce terme, se cache déjà la dure réalité de l’obésité car  la santé est menacée : on peut souffrir d’hypertension et de problèmes cardiaques. En outre, les articulations mises à rude épreuve, sont fragilisées.

Avec un IMC de 35 à 40, on parle d’obésité sévère. L’obésité s’accompagne de maladies telles que le diabète ; crée des problèmes de fertilité et des problèmes respiratoires. La vie quotidienne est en outre plus difficile pour une personne obèse. Des choses très simples deviennent extrêmement compliquées comme s’habiller ou monter des escaliers.

Quand l’IMC est supérieur à 40, c’est ce que l’OMS appelle obésité morbide. Dans certains pays, l’obésité est considérée comme une épidémie car elle se propage rapidement et massivement, comme aux États-Unis, au Canada et en France. L’obésité morbide est une maladie dangereuse : l’espérance de vie n’est plus la même et perd plusieurs années.

Les causes de l’obésité

L’obésité est avant tout le résultat d’une multiplication de facteurs qui sont caractéristiques des sociétés urbaines dites « de consommation » dans les pays économiquement avancés. Il s’agit de l’alimentation, surabondante et majoritairement industrielle, c’est-à-dire trop riche en graisses et en sucre. Il s’agit aussi du manque ou de l’absence d’activité physique.

À grande échelle, de nombreuses études ont été menées et montrent à quel point le problème est complexe car il est lié au mode de vie qu’entraîne l’organisation d’une société industrialisée contemporaine.

Au cas par cas, l’obésité est aussi complexe car elle peut être liée aussi à des facteurs psychologiques, des comportements alimentaires déviants, qui sont de véritables addictions.

Les traitements contre l’obésité

Il existe plusieurs traitements contre l’obésité qui ont désormais fait leurs preuves mais sortir de l’obésité demande une grande motivation et cela peut prendre plusieurs années. Toutes les maladies demandent plus ou moins une « participation » de la part du patient. Pour l’obésité, c’est en grande partie sur le patient que repose la guérison.

En général, lorsqu’un nouveau mode de vie est mis en place, les kilos tombent peu à peu et même les personnes qui souffrent d’obésité morbide parviennent à maigrir. Il est recommandé d’être suivi par un médecin.

Traitement recommandé : En cas d’obésité, il est conseillé de consulter votre médecin.